Le 2, on brille en bleu!

Merci Monsieur Rivest et CHAU TVA de votre empathie et pour ce reportage. Mariane, Intervenante ADEQ

--

Publié le 29 mars 2016 à 16 h 43
Auteur : Claude Rivest

Source: http://chau.teleinterrives.com/nouvelle-alaune_Le_2_on_brille_en_bleu-25887

 

On parle de plus en plus ouvertement des troubles du spectre de l’autisme. Si la détection des cas s’est beaucoup améliorée au Québec, il en est tout autre pour les ressources disponibles pour les familles qui vivent avec des enfants autistes.

Mariane Bujold est mère de 3 enfants, bientôt 4. Ses deux ainés, William et Émile, présentent des troubles du spectre autistique. Ils se manifestent de façons très différentes d’une personne à l’autre. Dans le cas de William, l’autisme est accompagné d’une déficience intellectuelle.Cela amène obligatoirement un suivi médical important.

« L'orthophonie, l'ergothérapeute, les plans inter-disciplinaires, les plans d'intervention, les rencontres avec le pédopsychiatre, aller à Québec se faire diagnostiquer 2 semaines...» - Mariane Bujold, mère de 2 enfants autistes

Ces rendez-vous sont la norme pour la jeune maman, qui a dû quitter son emploi pour s’occuper de ses enfants à temps plein. Pour boucler les fins de mois, son conjoint doit compenser.

« Mon conjoint travaille des bonnes semaines de 70 heures pour ramener des sous à la maison. On se croise surtout les weekends. »

Mariane peut également compter sur le soutien de ses parents, qui ne comptent pas les heures passées avec leurs petits-enfants. Grâce à une structure familiale très forte, Marianne s’en sort quand même très bien. Mais ce n’est pas la norme.

« Quand ils ont besoin d'aide, d'un coup de main, le réseau social est épuisé. Ils ont personne et se sentent souvent démunis et impuissants devant cette situation-là. » - Mariane Boulet, intervenante communautaire, Autisme de l’Est-du-Québec

Et le problème s’aggrave dès la majorité atteinte.

« En bas de 5 ans, ils ont de l'aide. Quand ils entrent à l'école, déjà il y a un peu moins de services et ces services sont moins adaptés, et plus l'enfant vieillit, plus il devient adulte, plus les services se retirent aussi. » - Mariane Boulet, intervenante communautaire, Autisme de l’Est-du-Québec

Pourtant, s’ils sont bien encadrés, les gens atteints de troubles du spectre autistique peuvent être des membres productifs de la société.

« De par leur raisonnement qui est différent, ils vont nous apporter des solutions qui sont différentes aux problèmes qu'on a. C'est des gens qui vont être, au niveau de l'emploi, très minutieux, très fidèles, très appliqués dans leur travail. »

Autisme de l’Est-du-Québec invite la population à souligner la Journée internationale de l’autisme, le 2 avril, en s’habillant tout en bleu. Bleu parce que c’est une couleur calmante et apaisante, mais également parce que l’autisme est presque cinq fois plus fréquent chez les garçons que chez les filles.